France – Finlande : les notes du match

16 octobre 2013 - 08:45

Dernière étape pour les Bleus. Avec le match face à la Finlande, ils achèvent leur phase de poules d’éliminatoires du Mondial, et ce, sans avoir leur destin entre les mains. La première place de leur groupe I semble promise à l’Espagne, qui affronte dans le même temps la Géorgie. Pour les hommes de Didier Deschamps, il s’agit donc de gagner, et si ce n’est pour s’accrocher à un rêve illusoire, pour faire le plein de confiance avant d’éventuels barrages. Gagner, et aussi confirmer le mieux entrevu lors de la deuxième période en Biélorussie, et sur la rencontre amicale face à l’Australie. Dans l’intention en tout cas, les Bleus apparaissent impeccables d’entrée. Avec un gros pressing et une grosse activité des Nasri et Ribéry, ils mettent à mal la défense finlandaise, qui résiste tant bien que mal aux assauts. Pas étonnant, de la voir craquer rapidement, tout comme il n’est pas étonnant de voir Ribéry être l’auteur du but. Parti de son côté gauche, l’ailier du Bayern a repiqué au centre, pour mieux envoyer un missile sous la barre des 20 mètres (1-0, 8e). Une ouverture du score aussi rapide que logique, qui place l’équipe de France sur la bonne voie. Mais cette dernière ne montre aucun désir de calmer le jeu, et toujours entreprenante, elle poursuit sa grosse activité offensive : Debuchy (12e) et Valbuena (17e) tentent leur chance de la tête, ce dernier forçant Mäenpää à s’interposer.

Pour autant, si tout roule en attaque, on se rend bien vite compte, passé le premier quart d’heure, que le constat ne s’applique pas en défense. Les Finlandais, par deux fois, trouvent l’espace pour frôler l’égalisation. Hämäläinen profite d’abord d’un trou au milieu de la défense bleue pour aller défier Lloris (20e), avant qu’Evra n’évite un tir d’Eremenko qui se serait avéré fatal (21e). Les « Hiboux » finlandais vont mieux, la France, de son côté, semble marquer le pas. Comme si cette double-occasion avait marqué les esprits, les Bleus éprouvent bien plus de difficulté dans l’animation offensive, tandis qu’ils tremblent à chaque incursion adverse. Il faudra attendre la fin de période, et de grosses occasions de Giroud (40e) et Nasri (45e), qui trouveront successivement Mäenpää et le montant, pour revoir une meilleure équipe de France. Mais à la pause, elle n’est pas encore à l’abri.

D’autant que la reprise est marquée par une belle occasion finlandaise, où suite à un jeu en triangle, Pukki manque de peu le cadre (48e). Une superbe reprise instinctive de Debuchy (49e) fait illusion, ces Bleus confirment être plus empruntés. Trop statiques à l’approche de la surface adverse, ils n’affichent toujours pas d’assurance défensive sur les contres adverses. Au fil des minutes, le physique semble même leur faire défaut, alors que la Finlande tient bien mieux le ballon. Là encore, c’est au terme de la période que les hommes de Deschamps se réveilleront. Sur leur première véritable occasion, amenée par un centre de Debuchy et une tête de Giroud, Toivio marquera ainsi contre son camp (2-0, 76e) le but qui permettra à cette EdF de valider son succès, comme de retrouver sa motivation. Rémy (78e) puis Cabaye (83e) manqueront de peu d’aggraver le score, jusqu’à ce que Benzema ne plante le 3-0, en catapultant le cuir en lucarne suite au service parfait de Ribéry (3-0, 88e). Les Français ont finalement assuré l’essentiel, à savoir les trois points, mais devant la victoire de l’Espagne face à la Géorgie, ils demeurent deuxièmes de leur groupe I. Il faudra donc passer par l’étape barrages, où la confiance accumulée lors des trois dernières rencontres leur servira forcément.

L’homme du match : Ribéry (7,5) : encore une fois, l’ailier du Bayern a été le Français le plus en vue sur le terrain. Hyperactif, il n’a eu de cesse de provoquer et déborder. Pour marquer, avec une frappe parfaite des 20 mètres pour ouvrir le score (8e), ou délivrer de véritables caviars, que ce soit pour Giroud ou Benzema sur le dernier but des Bleus (88e). Enorme, comme à son habitude.

France :

-Lloris (6,5) : le portier et capitaine français, s’il n’a pas eu grand-chose à faire, a répondu présent dans les moments cruciaux. Comme sur une sortie devant Hämäläinen, dont il détournera la frappe en corner (20e), ou sur un centre dangereux de Ring (31e) et des prises de balles rassurantes. Un match sérieux.

-Debuchy (7) : très actif offensivement, il n’a jamais hésité à apporter son soutien à Nasri côté droit. Percutant, il s’est procuré, comme face à l’Australie, de petites occasions (12e, 14e), et une grosse, en seconde période, avec une belle reprise détournée par le portier (49e). Il est également à l’origine du second but français, avec un centre parfait distillé pour Giroud (76e). En outre, il n’a pas vraiment souffert devant les attaquants finlandais sur son côté droit.

-Koscielny (5,5) : mine de rien, le central d’Arsenal a finalement plutôt bien colmaté les brèches. Pas vraiment aidé par les Evra et Abidal, deux éléments en petite forme d’un point de vue défensif, ses retours sur les contre-attaques finlandaises se sont avérés décisifs à plusieurs reprises. Sûrement pas sa prestation la plus aboutie, mais des interventions efficaces.

-Abidal (4) : le central de Monaco a affiché un coup de moins bien sur cette rencontre. De son placement hasardeux, il a parfois mis sa défense en difficulté, comme sur l’échappée de Hämäläinen au cœur de l’arrière garde tricolore, qui aurait bien pu déboucher sur l’égalisation des Finlandais (20e). N’a pas vraiment apporté l’assurance qu’on attend de son statut de central d’expérience.

-Evra (4,5) : le latéral gauche a beaucoup apporté offensivement. Il a également sauvé la maison bleue en empêchant le tir d’Eremenko dans la surface (21e). Mais pas de quoi faire oublier de petites errances qui auraient pu coûter cher. D’autant que les rares occasions de la Finlande sont venues de son côté, où il a à chaque fois été débordé…

-Pogba (7) : match très sérieux du milieu de la Juve, qui en tant que rampe de lancement, s’est montré efficace. Toujours en mouvement au milieu de terrain, disponible, à l’aise dans la conservation du cuir, il a fait le boulot avec un certain brio, distribuant toujours de bons ballons pour ses partenaires offensifs. A pris de l’assurance au sein de cette équipe de France, en dépit de son jeune âge.

-Matuidi (5) : le Monsieur Propre du PSG a encore une fois endossé le costume d’homme de l’ombre pour gratter du ballon. Seulement, ce n’était typiquement pas un match où cette qualité pouvait s’exprimer au mieux, sachant que les Bleus ont eu une outrageuse possession du cuir. Peu en vue, il n’a pas brillé, notamment dans la qualité discutable de ses transmissions. Remplacé par Cabaye (70e), qui, dans un autre registre, a apporté davantage.

-Nasri (5,5) : déporté sur l’aile droite par Didier Deschamps, le milieu offensif a réalisé un match correct, bien qu’il ait finalement beaucoup bougé pour toucher du ballon. Auteur de quelques lancements intéressants, il a affiché une belle complicité avec ses coéquipiers offensifs. Remplacé par Rémy (70e), qui aura apporté davantage de vitesse et de percussion, et se sera procuré une belle occasion en touchant le montant (78e).

-Valbuena (5) : très disponible, il a beaucoup combiné avec son acolyte Ribéry. Seulement, le Marseillais a souvent ralenti les offensives des Bleus dans les 30 derniers mètres, en accumulant un trop grand nombre de touches de balle inutiles. Il n’a pas été transcendant comme à son habitude, peut-être du fait de la présence à ses côtés d’un 10 naturel, Nasri, qui a beaucoup empiété sur son terrain de jeu.

-Ribéry (7,5) : voir ci-dessus.

-Giroud (5,5) : se procure une belle occasion en reprenant un centre à ras de terre de Ribéry (40e), et est à l’origine du second but des Bleus en poussant Toivio à l’erreur (76e). Souvent cherché par ses coéquipiers offensifs, il a beaucoup combiné, mais s’est rarement retrouvé en position pour marquer. Remplacé par Benzema (81e), qui aura eu le temps de se distinguer, lui, par une réalisation (88e), une belle reprise à bout portant.

Finlande :

-Mäenpää (6) : son match débute par un but venu d’ailleurs signé Franck Ribéry. Derrière, l’ancien Lensois sauve les siens à plusieurs reprises (17e, 18e, 41e, 49e, 92e). Il ne peut rien non plus sur le second but où Toivio ne l’aide pas beaucoup, encore moins sur celui de Benzema.

-Arkivuo (3) : quand on a un mastodonte en face nommé Ribéry, on risque forcément de passer une mauvaise soirée. Ce fut le cas pour le latéral droit. Sans cesse pris de vitesse, il a du coup éviter de porter le soutien devant.

-Pasanen (4) : l’ancien du Werder Brême devait par son expérience faire office de patron dans la défense finlandaise. Mais sa lenteur l’a parfois handicapé, et il est coupable de quelques petits soucis de placement.

-Halsti (5) : un peu mieux que son compère dans l’axe. Solide dans les duels, souvent bien placé, il sauve in-extremis sa défense sur un bon tacle dans la surface sur Ribéry. Il a également contré quelques tirs.

-Lampi (3,5) : moins inquiété que son compère à droite - le jeu des tricolores se portant souvent sur la gauche et Ribéry -, le duo Nasri-Debuchy lui aura toutefois causé des soucis. Un apport offensif inexistant.

-Tainio (4) : positionné devant la défense, l’ancien Auxerrois a vécu une soirée compliquée. Le capitaine a souvent été éteint par le duo de récupérateurs français. Il parvient malgré tout à faire office de première rampe de lancement pour amorcer les attaques de ses camarades. Remplacé par Toivio (64e) qui se sera illustré par une superbe frappe pleine lucarne... contre son camp. Il est coupable sur le but de Benzema, ne le prenant pas suffisamment bien au marquage. Dur.

-Ring (5,5) : auteur d’une belle reprise à l’extérieur de la surface (29e), il a beaucoup travaillé dans l’entrejeu, a permis aux siens de ne pas prendre le bouillon au milieu et d’avoir même parfois la main mise sur la rencontre en seconde mi-temps.

-Eremenko (6) : élégant, le joueur du Rubin Kazan a souvent été sur tous les bons coups offensivement. Précieux à la récupération également, il livre une belle prestation d’ensemble. De loin le meilleur joueur de sa sélection.

-Hämäläinen (4) : Bien bloqué par Evra sur son côté droit, il n’a pas réussi à apporter suffisamment de vivacité aux offensives, avec quelques centres qui n’ont jamais trouvé preneur. A également échoué face à Lloris en première période (20e). A cédé sa place à Riski (79e).

-Hetemaj (4) : le joueur du Chievo Vérone n’a pas été plus en veine non plus. S’il a beaucoup aidé défensivement, offensivement il n’a pas vraiment mis Debuchy en difficulté.

-Pukki (3) : pas en veine ce soir l’attaquant du Celtic. Son unique occasion survient à la 48e mais manque complètement son tir en pivot alors qu’il était en bonne position. Beaucoup de mauvais choix également, il n’a jamais su se montrer vraiment disponible sur le front de l’attaque. Remplacé par Furuholm (86e).

Commentaires

Stéphane Guillot a signé le livre d'or 1 an
Plies Stay Stay est devenu membre plus de 2 ans
Florian Delaval est devenu membre plus de 3 ans
Poule elite 2014-2015 plus de 3 ans
TOURNOI SIXTE FC VEZEZOUX DIMANCHE 15 JUIN 2014 plus de 3 ans
5-0
MIREFLEURS F.C / Senior plus de 3 ans
MIREFLEURS F.C / Senior : résumé du match plus de 3 ans
1-4
Senior / ST GERMAIN LEMB. 2 plus de 3 ans
Senior / ST GERMAIN LEMB. 2 : résumé du match plus de 3 ans
2-1
AUZAT S/ ALLIER C.S 2 / Senior plus de 3 ans
AUZAT S/ ALLIER C.S 2 / Senior : résumé du match plus de 3 ans
3-7
Senior / CHARBONNIER /MINES plus de 3 ans
Senior / CHARBONNIER /MINES : résumé du match plus de 3 ans
7-0
AYDAT F.R / Senior plus de 3 ans
AYDAT F.R / Senior : résumé du match plus de 3 ans

LOGO OFFICIEL

Aucun sondage