Ligue des champions 2013-2014, présentation du plateau : ils la veulent tous

17 septembre 2013 - 15:37

Ce n’est pas une nouveauté. La Ligue des champions revient et charrie avec elle les ambitions aiguisées des plus grosses cylindrées européennes. Mais cette année, probablement plus que les autres, la C1 sera la mère de toutes les batailles. Se contenter de la suprématie nationale n'est plus suffisant pour tous les mastodontes. Multiplier plus longtemps les désillusions en Europe n'est plus tolérable pour d'autres. La progression et la croissance de quelques nouveaux riches passe désormais par une suprématie en Europe. Il n'en restera qu'un, mais la bataille sera, cette année, plus ouverte que jamais.

PSG, l'obsession d'un projet

Pourquoi c'est une saison charnière : Le plan de QSI suit pour le moment un calendrier précis. Première année : qualification pour la Ligue des champions. Deuxième année : un titre de champion de France. L’émergence de Monaco sur la scène nationale ne gomme pas la nouvelle priorité du PSG : Paris ne dépense pas des millions, n’attire pas les plus grandes stars européennes (Cavani) pour collectionner les titres de champion de France. La suprématie nationale, c’est désormais le minimum syndical pour un club qui a franchi une nouvelle dimension en accrochant le Barça en quart de C1 l’an passé (2-2, 1-1). Paris a pris la température et veut désormais tutoyer les plus grands. QSI, qui entame sa troisième année à Paris, est exigeant et la victoire en C1 est, elle aussi, inscrite dans le calendrier.

L'objectif minimal : Les demi-finales après les quarts de la saison dernière.

Notre avis : Le PSG conserve sur le papier une longueur de retard par rapport à d'autres géants continentaux, ne serait-ce que sur le plan de l'expérience. Mais la C1 est une coupe et le club de la capitale ne pense qu'à ça. Il ne faut rien exclure.

Ligue des champions 2013-2014, présentation du plateau : ils la veulent tous - Football - Ligue des champions

 

Manchester United : tuer le père

Pourquoi c'est une saison charnière : La saison n’avait pas démarré qu’un tombeau de critiques s’était déjà abattu sur Manchester United. Mercato raté, fin de cycle etc. C’est certain, ce MU newlook, car délesté de sa figure tutélaire, Alex Ferguson, et son nouveau patron David Moyes sont en quête de légitimité. Depuis sa finale en 2011, le parcours européen de MU est indigne de son statut (une élimination en 8e l’an dernier et une élimination dès la phase de poules en 2012). Une victoire finale aurait d’autant plus de retentissement et permettrait à Man U de tuer définitivement le père. Et de montrer qu’il y a une vie après Ferguson.

L'objectif minimal : En-deça des demi-finales, n'est pas à son niveau.

Notre avis : Un entraîneur un peu junior pour ces batailles et un effectif un peu senior dans ses contours. On a connu Manchester mieux armé. La Premier League devrait de surcroît lui pomper plus d'énergie que la saison dernière.

Ligue des champions 2013-2014, présentation du plateau : ils la veulent tous - Football - Ligue des champions

 

Chelsea : Pour un grand chelem signé Mourinho

Pourquoi c'est une saison charnière : Avec Chelsea, Mourinho a déjà tout gagné. Championnat, Cup, Community Shield, Coupe de la Ligue. Reste un échec : la Ligue des champions. Cinq ans après son départ, Chelsea a fini par mettre la main sur la C1. L’orgueil du Special One en a sans doute pris un coup. En homme de défi, Mourinho revient à Stamford Bridge pour ré-offrir aux Blues la C1, devenir le premier entraineur de l’histoire à la remporter pour trois clubs différents, effacer ses échecs récents au Real et s’imposer de nouveau comme la référence européenne sur le banc de touche.

L'objectif minimal : La victoire finale. Rien d'autre ne contentera vraiment Mourinho, Abramovitch et ses hommes.

Ligue des champions 2013-2014, présentation du plateau : ils la veulent tous - Football - Ligue des champions

Notre avis : L'équipe qui voudra sortir Chelsea de la compétition devra se lever très, très tôt. Mais cela ne veut pas dire que les Blues ont, sur le papier, le meilleur équilibre général.

La Juve a fait le tour de la question en Serie A

Pourquoi c'est une saison charnière : Double championne d'Italie en titre, la Juventus Turin n’a plus grand-chose à prouver sur ses terres et sa progression passe désormais par l’Europe. L’an passé, son aventure en C1 s’était terminée par une leçon face au Bayern (0-2, 0-2) qui a souligné le fossé qui la séparait d'une équipe au top niveau européen. La Juve en a tiré les leçons en recrutant enfin un attaquant de classe mondiale cet été (Tevez) tout en conservant ses éléments les plus convoités, comme Arturo Vidal ou Claudio Marchisio.

L'objectif minimal : Les demi-finales. On n'y a plus vu la Juve depuis dix ans. Même si, n'en doutez pas, l'ADN du club commande de voir plus loin.

Ligue des champions 2013-2014, présentation du plateau : ils la veulent tous - Football - Ligue des champions

Notre avis : La Juventus est mûre pour retrouver la place qu'elle a eu naguère parmi les puissances européennes, même s'il faudra évidemment de la réussite pour toucher d'emblée le sommet.

Barcelone a foi en son modèle

Pourquoi c'est une année charnière : Pour rester la référence en Europe ou, a minima, affimer l'efficacité constante de son modèle, le Barça doit aller au bout. Son rythme de victoires tous les deux ans (2009-2011) a subi un terrible coup d’arrêt en 2013. Les deux fessées reçues en demie face au Bayern l’an passé ont largement écorné le statut des Catalans. Gagner la Liga, ce n’est plus suffisant. Le Barça cherche de toutes ses forces à écarter la thèse de la fin de cycle qui a fait des émules en fin de saison dernière. Xavi, Iniesta, Puyol et Piqué, les gardiens du dogme, ont pris un sacré coup de vieux en mars-avril-mai dernier. Cette nouvelle campagne européenne leur donne l’occasion de démontrer que le grand Barça n’est pas encore mort et enterré. Et qu'il est même dans une phase de renouveau incarnée par le recrutement de Neymar, à un an du Mondial au Brésil, ce qui doit offrir des retombées économiques importantes au club catalan. Surtout s'il va loin en C1.

L'objectif minimal : Un retour en finale. Mais si une telle institution est en finale, ce n'est pas pour s'en contenter...

Ligue des champions 2013-2014, présentation du plateau : ils la veulent tous - Football - Ligue des champions

Notre avis : Si Martino confirme sur la durée que son regard neuf aide le Barça, si Messi est apte aux bons moments, si Fabregas prend le relais de Xavi et si la défense haute des Blaugrana protège mieux la ligne arrière que la saison dernière, tout sera possible. Cela fait beaucoup de si.

Real Madrid : le culte de la Decima

Pourquoi c'est une année charnière : En cinq ans, une Liga et une Coupe d’Espagne. C’est maigre pour le club qui se revendique lui-même comme le plus grand de l’histoire. Pour redorer un blason terni par quelques saisons moyennes, le Real va naturellement se tourner vers la Ligue des champions. Une compétition inscrite dans son ADN et qu’aucun autre club ne personnifie mieux que lui. Le Real court après sa decima ("la dixième") depuis quelques saisons déjà (douze désormais). Mourinho avait débarqué en Espagne avec cet objectif ultime, lui le spécialiste de la C1. Il est parti parce qu’il a échoué dans sa mission. Cet été, le Real a fait ce qu’il sait le mieux faire pour renouer avec son glorieux passé : dépenser, dépenser et encore dépenser. Madrid n’a pas mis 100 millions d’euros sur la table pour Bale pour corriger Osasuna, le Celta Vigo ou Almeria. Car, ça, le Real sait déjà très bien le faire…

L'objectif minimal : Retour en finale. On dira ce qu'on veut des années Mourinho, mais le Portugais a hissé le club au niveau des demi-finales trois saisons consécutives, ce que le Real ne savait plus faire. Il faut voir au-dessus. Le Real Madrid absent de la finale de la Ligue des champions depuis 2002, c'est une anomalie et un échec.

Notre avis : Carlo Ancelotti fait partie des meilleurs experts ès-Ligue des champions de la planète. Le vestiaire et Cristiano Ronaldo sont en paix. Vous pouvez mettre une piécette sur le Real Madrid.

Ligue des champions 2013-2014, présentation du plateau : ils la veulent tous - Football - Ligue des champions

Bayern + Guardiola = issue programmée

Pourquoi c'est une année charnière : Le défi du Bayern est colossal cette année. Aucune équipe n’est parvenue à remporter la C1 deux années d’affilée depuis l’AC Milan il y a plus de vingt ans (1989 et 1990), à l'époque de feu la Coupe d'Europe des clubs champions. Pour s’imposer comme la référence absolue sur leur continent, les Bavarois savent ce qu’il leur reste à faire. Une tâche d’autant plus immense que le rouleau compresseur de l’an passé doit se réinventer. On jugera avant tout la pertinence de la greffe Guardiola à l’aune des résultats en C1. La meilleure équipe de l’an dernier associée à un coach qui a déjà gagné deux Ligues des champions : la victoire finale en C1 semble la finalité minimum de la saison munichoise.

L'objectif minimal : La finale. Le Bayern y était lors de trois des quatre précédentes saisons et Guardiola a gagné deux des quatre C1 qu'il a dirigées.

Ligue des champions 2013-2014, présentation du plateau : ils la veulent tous - Football - Ligue des champions

Notre avis : Sur le papier, le Bayern a absolument tout pour être le maître de l'Europe. Mais la Ligue des champions s'offre rarement à ceux qui ont tout rassemblé sur le papier.

Manchester City pour faire coïncider dépense et succès

Pourquoi c'est une année charnière : Un peu comme QSI à Paris, Abu Dhabi attend un retour sur investissement. 738 millions d’euros dépensés depuis le rachat en 2008 et toujours pas l’ombre d’un huitième de finale. Les Citizens n’ont jamais franchi la phase de poules et ça commence à faire tâche. Cet été encore, City a dépensé sans compter avec les arrivées de Jovetic, Negredo, Navas, Fernandinho contre 116 millions d’euros. Des dépenses qui vous posent des ambitions. En Angleterre, City a déjà décroché le titre. La progression des Citizens s’inscrit désormais à l’échelle européenne.

L'objectif minimal : Franchir les poules. Si City n'y parvient pas, ça va commencer à se voir.

Ligue des champions 2013-2014, présentation du plateau : ils la veulent tous - Football - Ligue des champions

Notre avis : Le club anglais devrait chercher à surfer sur l'immense pression de tous ses concurrents pour faire son trou dans le tableau et, à défaut de tout casser, prendre date pour la deuxième partie de la décennie. Pellegrini est parvenu jusqu'en demi-finale avec les moyens de Villarreal et en quarts l'an passé avec Malaga. Rien ne lui est impossible.

Et aussi...

Ligue des champions 2013-2014, présentation du plateau : ils la veulent tous - Football - Ligue des champions

Arsenal, comme chaquée année, va clamer que son objectif est d'aller au bout. Même si les Gunners ont accru leur potentiel avec Mesut Ozil, une victoire finale serait considérée comme une formidable réussite. Il convient cependant de rappeler qu'Arsenal n'a pas été loin de sortir le Bayern, futur vainqueur, en 8e de finale en 2012/2013 (1-3, 2-0). Le Borussia Dortmund, finaliste l'an passé, fait objectivement partie des candidats au titre vu la qualité de son jeu et la maturité de son projet, mais il lui sera toujours possible de dire, à raison, qu'il n'était pas programmé pour. L'AC Milan est entré dans une phase de dépression et ne semble plus avoir le niveau pour ces batailles. Parmi les autres équipes, Naples et l'Atletico Madrid auront les moyens de vendre chèrement leur peau, si le manque d'expérience (relatif pour Naples) ne leur joue pas des tours. Hors du Big 5, les outsiders se nomment Galatasaray (quart de finaliste l'an passé), Benfica (finaliste de la Ligue Europa), FC Porto (grand habitué), CSKA Moscou et Zenit Saint-Petersbourg, deux clubs russes sur lesquels repose la responsabilité de placer enfin la Russie sur la carte de la C1. Au milieu des grands. Leur présence dans le Top 8 serait, en soi, une performance remarquable.

Voir également

Commentaires

Stéphane Guillot a signé le livre d'or 1 an
Plies Stay Stay est devenu membre plus de 2 ans
Florian Delaval est devenu membre plus de 3 ans
Poule elite 2014-2015 plus de 3 ans
TOURNOI SIXTE FC VEZEZOUX DIMANCHE 15 JUIN 2014 plus de 3 ans
5-0
MIREFLEURS F.C / Senior plus de 3 ans
MIREFLEURS F.C / Senior : résumé du match plus de 3 ans
1-4
Senior / ST GERMAIN LEMB. 2 plus de 3 ans
Senior / ST GERMAIN LEMB. 2 : résumé du match plus de 3 ans
2-1
AUZAT S/ ALLIER C.S 2 / Senior plus de 3 ans
AUZAT S/ ALLIER C.S 2 / Senior : résumé du match plus de 3 ans
3-7
Senior / CHARBONNIER /MINES plus de 3 ans
Senior / CHARBONNIER /MINES : résumé du match plus de 3 ans
7-0
AYDAT F.R / Senior plus de 3 ans
AYDAT F.R / Senior : résumé du match plus de 3 ans

LOGO OFFICIEL

Aucun sondage